mercredi 15 septembre 2010

FLEURS SANS ENTRAVES

Elles sont restées sur place, attendant stoïques le sort qui les guette depuis leur naissance : coupées, arrachées, froissées, détruites par une main vengeresse et jalouse d'une telle liberté, de tant de beauté, affichées toutes simples au bord du chemin.
Au dernier déclic de l'appareil j'ai salué les belles et poursuivi ma route, une fois encore émerveillé par l'autre visage du monde... Et murmuré à l'an prochain peut-être .....









Aucun commentaire: