samedi 14 mai 2011

PAR OU LA SORTIE ?


C'est dur de voir un homme à terre. Terrassé par les coups sauvages d'un (allez je ne vais pas jouer à l'idéologue qui classe les races humaines sur une échelle de richter de la connerie savante) brouillon humain tout droit sorti du grand cirque de la création avec quelques neurones disparus au passage. Soigné d'un mal qui surement existe, convenons-en malgré des hauts le coeur qui empoisonnent notre idéal, cet échantillon d'humanité qui ne partage pas nos valeurs quotidiennes est un problème récurrent de nos sociétés urbaines ; mal qui a déjà empoisonné nos "pures" campagnes mais que certains médias se targuent d'ignorer sans doute sous l'ascendant d'élus locaux plus soucieux de leur confort par de bénéfiques combines électorales que de gestion communale totalement transparente pour le citoyen banal qui préfère malgré le peu de cas qui lui est accordé connaitre les vérités journalières, pour tout simplement se protéger par exemple ; et sans arrière pensée sécuritaire.

Ce matin j'ai vu ça de ma terrasse ...

Et ne croyez pas que ces barreaux soient ceux d'une prison. Non simplement une sale idée qui m'est furtivement passée par la tête.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.