mardi 21 juin 2011

AU SECOURS, LES ORDURES GAGNENT DU TERRAIN



Mais il ne faudrait pas que les efforts soient toujours demandés aux citoyens parfaits usagers de la protection de notre environnement. Malgré le piteux exemple ci-dessous il en existe tout de même des fadas du beau regard, des cinglés du propre comme chez soi-même dans la rue, minutieux du moindre désordre qui salit le bien vivre. Anciens et nouveaux combattants des discours et promesses hypocrites et jamais tenues, chevaliers d'une table sans dessous et sans miettes même pour les sous-fifres, chercheurs de poux dans la grande kermesse des déguisements tendancieux et des doctrines à quatre sous, l'heure n'est plus au langage poétique et pédagogique. Employons les mots verts et violents pour faire entendre le discours des gens simples et responsables pour persuader une minoritaire et  "parfaite société de souillons et gros dégueulasses" à enfin se comporter avec respect et civisme.






Ce qui n'exonère pas nos élus locaux ou société travaillant pour nos communes de respecter les citoyens en épargnant le triste spectacle de containers remplis "ras la gueule" et de dépôts sauvages qui en résultent. Ou bien cherche-t-on à rejoindre la très berlusconienne Italie du sud et ses rues encombrées de déchets ménagers. Je ne le pense vraiment pas, quoi que l'on se laisse vite gagner par la langueur douce des habitudes.
Les centres villes bichonnés aux égos de certains c'est superbe, penser au bien-être des quartiers excentrés c'est pas mal non plus.
Allez, sans rancune ... et sans méchanceté aucune.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.