lundi 8 août 2011

ET SI NOUS PARLIONS DES OISEAUX

C'est l'été, les oiseaux paradent dans le ciel, indifférents à nos joies et nos peines. Ne restent qu'images vivaces des horrifiques emplumés d'Alfred  Hitchcock pour nous souvenir des violences déchaînées et des fléaux engendrés par nos conduites sans explications. C'est pourquoi j'aime ces mots d'autres temps.
      
           
               




              "Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?    
               Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?"   
"In :  Le chant des Partisans. Paroles : Maurice Druon, Joseph Kessel. Musique : Anna Marly. 1943."




                           "Par milliers, sur les champs de France,
                            Où dorment les morts d'avant-hier,
                            Tournoyez, n'est-ce pas, l'hiver,
                            Pour que chaque passant repense !
                            Sois donc le crieur du devoir,
                           O notre funèbre oiseau noir !"
"In : Les Corbeaux. Arthur Rimbaud."




                                    "Au bout du clos, bien loin, on voit paître les oies,
                            Et vaguer les dindons noirs comme des huissiers.
                            Oh! qui pourra chanter vos bonheurs et vos joies,
                            Rentiers, faiseurs de lards, philistins, épiciers ?
"In :Les Oiseaux de passage. Jean Richepin."  


                            "Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir ?"
"François Coppée."






                                                                         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.