vendredi 16 décembre 2011

UN VELO DE COURSE A FLATULENCES MIS AU POINT EN ARDECHE


Un certain coureur Suisse dont je ne reprendrais pas le nom était accusé en 2010 d'avoir utilisé un vélo électrique pour finir en vainqueur deux prestigieuses classiques cyclistes, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. On parlait de moteur électrique dissimulé dans les tubes et donc de "dopage mécanique". Ce qui pour les autres concurrents ressortait de l'exploit sportif quasi surhumain devenait, par la malice d'un artifice tricheur, une partie de manivelles sans grands efforts. Nous sommes bien d'accord, je viens de répéter ce que claironnaient nombre de médias à l'époque. Un buzz assez hilarant sauf pour le champion accusé.
Par contre il semble que dans le sud du département de l'Ardèche un jeune garçon entiché de vélo ai trouvé une variante française à la propulsion électrique suisse en mettant au point en famille un système utilisant les gazs de le fermentation intestinale du cycliste, en bref les flatulences, amenés par un tuyau transparent vers un minuscule moteur positionné dans le pédalier. Une usine à gazs, quoi !!!
Heureusement pour l'étique sportive le jeune sud-ardèchois vient de se faire prendre par la patrouille avant de souscrire une licence auprès de la Fédération. Un excès de carburant dû à une consommation démesurée de légumineuses au repas de midi provoquait une surchauffe de la mécanique. Une fumée malodorante entourait bien vite de futur champion démasqué qui prenait le parti d'en rire.
N'étant pas présent le jour où la ruse était accidentellement découverte je remercie la famille de l'apprenti tricheur pour la photo.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.