mardi 27 novembre 2012

LA FEE COCCINELLE


Les coccinelles nées au printemps meurent en automne...
Tout un regard, une extase démente
- Sous le velours d'une cape à dix sous -
Evalue cet instant comme on pèse une rente.
Quittez vos haines, vient  l'heure du rendez-vous.
C'est une coccinelle
- Que mon regard épuise de tendres sentiments -
Eprise de toujours et des frasques du vent
Pour partir à son temps qui étire ses ailes.
Courrez, jetez vos haut de chausses
- Manants et vos prières -
Car l'insecte se grime en sinistre molosse
Avant de se jeter dans les feux de l'enfer.

Serge

UN ...

DEUX ...


ENVOL .


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.