vendredi 23 août 2013

DANS LES TEINTES D'UN éTé DéPRIMé

En couleur pour la fraction bienheureuse d'une humanité bien née ou alors frivole et sans cervelle. Les je-m'en-foutistes aux vacances égoïstes qui pilonnent le papier quand il est noirci de mauvais augures.
En noir et blanc pour ceux qui en prennent plein "la gueule" sous pretexte de révolution. Toujours les mêmes.



Aucun commentaire: