mercredi 14 août 2013

UN ETE BARBARE

Impromptu, stances contre la barbarie des religions. 
Les tristesses d'un été barbare à sang et sans frontière.
                                          Nul ne veut regarder et donner un avis, le sang rouge des hommes roule entre les galets des rus assoiffés. 
Féroce bataille qui taille ses costumes dans l'ombre des libertés, une violence esclave des canons résonne sur les places des villes pavées des morts.
Terres partisanes de religions obscures sous les ors de sanctuaires mille fois répudiés, 
croyances chaque fois renaissantes encore plus arrogantes, toujours plus avides du sang de leurs dévots.
De sermons venimeux en terreurs idolâtres d'ici très peu de temps la poussière des cadavres servira de fumure à un nouveau prophète.

Et les dieux sortant de faire ripaille
Rotant, pétant, tonnant sous les vertes tonnelles
Boiront un dernier verre à l'accorte futaille
Déposée par des anges aux plumes immortelles.

Serge Dorne.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.