mercredi 28 mai 2014

L'IRIS

Je n'ai pas divisé, je n'ai pas planté les rhizomes ni les bulbes d'iris dans une terre mienne depuis des décennies. D'ailleurs je n'ai plus que glèbe séchée depuis des temps à mes sabots qui se sont tant usés. Dans les jardins j'ai tant aimé Iris Barbata, le long des sentes herbeuses j'ai tant croisé le coquelicot et l'iris sauvage qu'il ne reste qu'une image, figée au vent d'été. Et quelques souvenirs.
Et enfin, quand on parle d'iris, il faut savoir sérieux garder. Faire fi de la poésie. Saviez vous que cette fleur devenue le symbole de la royauté Française sous le nom de fleur de lys était déjà une déesse en Egypte ancienne. Et aussi que ces grandes et ravissantes fleurs sont hermaphrodites, comme les escargots par exemple. Pour finir voici comme je les aime : 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.