samedi 8 septembre 2012

PAR DESSUS LES TOITS DERRIERE CHEZ TOI

Vu avec les yeux un jour de grand Mistral. 
                 "Avec les yeux ?. Pourquoi. D'habitude vous regardez avec les mains, vous."
"C'est selon, ça arrive en effet ... les jours de grand vent"

Allez ! n'essayez pas de comprendre ce court dialogue de coin de rue un matin de semaine, un jour de fin d'été, quand l'air se fait doux et les feuilles déjà sèches porteuses de messages aux adresses inconnues.
Les cigales se sont éteintes un soir avant la lune. Elles n'ont pas prévenu de leur désertion annuelle. Pas de date fixe sur l'éphéméride. Pourtant le temps était au beau. C'était un signe.
Dans l'arbre centenaire qui éclabousse la nuit de sa voix éraillée racontant alentour les potins du quartier, une chouette endormie s'est postée. Vivre la nuit c'est pas une vie. 
Vivez le grand jour, et ...
levez les yeux. Prenez ce qui vous plait et pour le reste rêvez d'autres contrées, destinations au hasard mais toujours merveilleuses dans l'almanach précieux des envies jamais assouvies.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher passager de ces pages Ardèchoises. Bienvenue si vous laissez un commentaire, un avis, une question, une remarque en relation avec l'article. Sinon ... bonsoir. L'amitié entre les humains est ma vision du monde.