mercredi 6 novembre 2013

POEME D'ETE, DERRIERE LES RIDEAUX

 VUE SUR LA RUE

Vue sur la rue
En été.
Gentiment peu vêtue
D'un tissu éthéré
Qui laisse voir le temps
Et ses ruines
Et les frasques du vent
Dans l'étoffe coquine
Posée un jour de chance
Pour servir de rideau
En appel d'espérance.

Vue sur le caniveau
En été.
Sur la croisée sincère
Se conjuguent les instants agités
Des aubaines adultères.

Vêtu d'un film de rosée
Manon se rappelle un amant,
En été.
Comme avant.

Serge



2 commentaires:

Dominique a dit…

Je te trouve une jolie plume. C'est pourtant quelqu'un qui a du mal rentrer dans la poésie qui te le dit.
Bon week-end Serge.

Serge a dit…

Bonjour Dominique,
C'est la plume au vent ... Merci et A+