mardi 3 mai 2016

PRINTEMPS ES-TU LÀ ...


Il y a un mois, début avril, c'était encore maussade ; la végétation avait comme une hésitation, caprice de diva plantureuse qui se joue de nos envies. Un peu comme ça :

Clic sur les photos pour voir plus grand.

Un mois plus tard, malgré le vent du nord - vous savez celui qui décoiffe et hurle comme les loups quand vous ouvrez les portes des cages d'escaliers - toutes ces fleurs encombreraient presque notre univers bien ordonné entre les faits divers du journal quotidien et les dernières soupes d'un hiver bientôt en souvenir :





Aucun commentaire: